Tout savoir sur le poulailler urbain

Qui a dit qu’il était impossible de saupoudrer sans cadre de vie citadin d’une bonne dose champêtre ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser, accueillir des poules en ville n’est pas prohibé, loin de là. De nombreuses communes ont d’ailleurs lancé en grande pompe des programmes d’élevage de poules dans les écoles, les maisons de retraite, etc.

Pour votre élevage de poules pondeuses ou d’ornement en ville, vous allez devoir opter pour un poulailler urbain. Si les principaux fabricants du matériel d’élevage de volaille proposaient jusque-là des produits orientés vers la campagne et les grands espaces, ils se sont peu à peu adaptés à cette nouvelle demande en provenance d’une cible assez jeune, branchée et urbaine. Résultat : des poulaillers tendance et calibrés pour s’insérer sans encombre dans un petit espace confiné.

On vous conseillera toutefois d’éviter de placer un poulailler dans une terrasse pour la simple et bonne raison que les poules adorent gratter et picorer. A même le sol, elles se blesseront le bec et les pattes à coup sûr, dès leurs premiers jours chez vous.

Dans notre série d’articles dédiée aux différents types de poulaillers, nous allons vous parler aujourd’hui du poulailler urbain.

Pourquoi opter pour un poulailler urbain ?

Le poulailler urbain est généralement pensé pour limiter les « dégâts ». Il est insonorisé, il contient tout ce qu’il faut à l’intérieur et possède des rangements qui peuvent servir de mangeoire et d’abreuvoir, voire de perchoir pour certains modèles. Vous n’aurez qu’à placer vos restes de repas (épluchures de certains fruits et légumes, croûtes de fromages, pain rassis, salade), de l’herbe fraiche et des coquilles d’huitres dans la mangeoire pour faire plaisir à vos gallinacées.

Elles vous le rendront bien avec de beaux oeufs frais. Les poules en milieu urbain sont donc un excellent moyen pour réaliser son autosuffisance en œufs bio et assainir son assiette. Les poules sont des animaux de basse-cour omnivores et particulièrement gourmands : elles vous débarrasseront de 150 g de déchets de cuisine chacune !

De plus, vous pourrez fabriquer un compost naturel à partir de leur fiente. Enfin, élever des poules en ville est le meilleur moyen de prendre de la hauteur et apprécier quelques moments de répit dans un environnement le plus souvent pollué et dénudé de toute connotation naturelle.

Quels sont les inconvénients d’un poulailler urbain ?

Installer un poulailler urbain à la maison peut ne pas être compatible avec un logement collectif. En effet, votre voisinage n’acceptera sûrement pas les nuisances sonores de vos poules. En réalité, les gallinacées ne caquètent pas à longueur de journée. Le coq est par contre particulièrement bruyant. Il chante très souvent dès le matin, ce qui est tout simplement incompatible avec la vie en ville.

Pour rassurer vos voisins, proposez-leur de beaux œufs frais ! Ils auront ainsi un peu plus de facilité à accepter votre élevage. Les nuisances sonores ne sont malheureusement pas les seuls inconvénients du poulailler urbain. En effet, les poules, comme tous les animaux, produisent des fientes et des déjections odorantes, notamment lorsque le thermomètre dépasse les 25° C.

Si un poulailler dans la campagne pourra être nettoyé à une fréquence hebdomadaire, le poulailler urbain devra être entretenu chaque jour, voire plusieurs fois par jour. Enfin, il faut savoir que les poules pondeuses ont horreur des lieux de vie exigus. Si elles ne se sentent pas suffisamment à l’aise, elles ne pondront pas, ou pondront très peu.

De plus, les parasites aviaires et les bactéries se développent préférentiellement dans les petits endroits, ce qui ne plaide pas en la faveur d’un poulailler urbain installé dans un petit jardin.

Comment choisir son poulailler urbain ?

Comme d’habitude, le choix de votre poulailler urbain dépendra en premier lieu de l’effectif de votre cheptel. N’oubliez pas : 1 m² par poule si le parcours est suffisamment grand pour leur permettre de gambader et de se dégourdir les pattes un minimum, et au moins 2 m² par poule si le parcours se limite… au poulailler !

La mise en place d’un enclos dépendra de la configuration de votre jardin. Si les murs font moins d’un mètre et demi, l’enclos avec grillage ou filet est tout simplement vital. Autrement, vos poules n’auront aucun mal à voler par-dessus, surtout si vous avez choisi des races de poules légères comme les poules naines.

Ensuite, le grillage ou le filet protègera votre élevage des chats et chiens errants, mais aussi des rapaces et des rongeurs qui sont les principaux prédateurs des poules. Les risques de voir débarquer un renard, redoutable prédateur des poules, sont quasiment nuls en milieu urbain.

Ceci étant dit, on conseille généralement aux aviculteurs urbains d’opter pour des races de poules légères. Elles mangent moins, elles sont adaptées à la vie en ville et elles produisent moins de fientes. La poule Bantam de Pékin, la Poule-Soie ou encore la poule naine Padoue sont des choix judicieux qui affichent de belles performances en matière de pondaison également.