Le poulailler métallique

Il est certains matériaux préférés à d’autres lorsqu’il s’agit d’élever des poules. Parmi les différents types de poulaillers, le poulailler en métal est indubitablement le moins prisé par les éleveurs de poules amateurs. Difficile à travailler et lourd, le métal brille néanmoins par sa solidité et sa grande résistance aux tentatives d’intrusion des prédateurs des poules comme le renard, la belette, le rat et autres rongeurs.

Ce faible engouement est surtout motivé par la nature même du métal : il amplifie la chaleur caniculaire au point de devenir brulant au toucher et appuie le froid au point de pousser vos gallinacées à se tenir sur une seule patte !

En optant pour un poulailler métallique, vous allez devoir redoubler de vigilance en ce qui concerne l’isolation thermique, la finition des côtés (toute saillie aigue compromet sérieusement la vie de la volaille) mais aussi la qualité du métal (attention à la rouille). Pourquoi opter pour un poulailler en métal et surtout, quelles sont les mesures à adopter pour garantir le confort et la sécurité des poules dans une volière en métal ? Voici quelques éléments de réponse dans cet article de synthèse.

Quelques généralités sur le poulailler métallique

Si l’écrasante majorité des éleveurs de poules optent pour le bois ou le plastique en tant que matériau pour leur poulailler, certains aviculteurs optent pour le métal, jugé plus solide et plus résistant. Il est vrai que la solidité du métal n’est en rien comparable à celle du bois ou du plastique. Cependant, ce ne sont pas les inconvénients qui manquent : si vous habitez une région qui connait de forts écarts de température avec des hivers rudes et des étés caniculaires, fuyez le métal.

C’est en effet le matériau qui amplifiera le plus ces extrêmes : les gallinacées se bruleront en été et cailleront en hiver. Si la température dépasse durablement les 33° en été dans votre région, il y a de fortes chances à ce que des décès soient enregistrés dans votre cheptel. Quelques solutions d’appoint peuvent pallier ce problème, au moins temporairement :

• Prenez plusieurs bouteilles d’eau de deux litres et glacez-les. Placez-les ensuite dans le pourtour intérieur du poulailler. Les poules pourront ainsi apprécier cette fraicheur salvatrice en plein été et continuer la ponte pour vous offrir de beaux oeufs frais chaque matin ;

• Isoler le poulailler de l’intérieur pour tempérer en été et réchauffer en hiver. Vous pouvez utiliser pour ça une bonne couche de laine de roche ou de verre, puis une couche de bois par-dessus. Une poule qui a trop chaud (ou trop froid) va rapidement développer des maladies respiratoires ;

• Si toutes les races de poules se sont progressivement à nos adaptées à nos climats, certaines sont plus vulnérables que d’autres. Elles ne sont donc pas adaptées au poulailler en métal. Il s’agit notamment des Seramas et des Leghorn, entre autres ;

En somme, avec une bonne isolation, une finition intérieure en bois et une aération suffisante, un poulailler métallique sera aussi « performant » qu’un poulailler en bois. Non isolé, le poulailler en métal se muera en un véritable four en été !

La question de la ventilation du poulailler métallique

La volaille et les poules n’apprécient pas les espaces confinés. La litière, mélangée aux fientes, dégage des gaz ammoniaqués particulièrement irritants pour les cocottes. Ces dernières sont fragiles et craignent invariablement les courants d’air, les intempéries, les odeurs fortes, l’humidité ou encore les parasites aviaires qui peuvent se développer rapidement dans des endroits insalubres, comme un poulailler mal entretenu.

Comme les poules passent le plus clair de leur temps au sol (lorsqu’elles ne sont pas sur le perchoir), c’est dans cette partie du poulailler que se trouvent les plus grandes accumulations de gaz carbonique et ammoniac. Les aviculteurs se retrouvent donc face à une double contrainte : les poules pondeuses, les poules d’ornement, les coqs et les poussins craignent les courants d’air, et les accumulations de gaz dans le sol nécessitent des ouvertures pour la ventilation. Le meilleur compromis est de disposer des ouvertures d’aération à environ 1m30 de hauteur pour favoriser l’évacuation de l’air pollué sans pour autant exposer les gallinacées aux courants d’air. Avec un poulailler métallique, vous ne pourrez pas « bricoler » ces ouvertures. C’est pour cette raison que vous allez devoir prendre cette donnée en considération en amont de l’achat.

D’ailleurs, même en hiver, le poulailler en métal devra être aéré car les animaux de basse-cour ont tendance à souiller la litière plus rapidement en période de froid. Ainsi, l’air est vicié beaucoup plus vite et les parasites aviaires et autres nuisibles ne sont jamais bien loin. Plus vous aurez d’ouverture dans un poulailler métallique, moins vos poules seront sujettes aux maladies dues à l’insalubrité et au surplus d’humidité.